Archives pour la catégorie Flash infos



OGM : Film “Le droit de choisir”

http://www.dailymotion.com/video/5KmVnHrCjdAy0eXnL

Le sport

Quand sport rime avec efficacité

Gérard Bruant répond :

Pratiquer une activité sportive est parfois vécu comme une obligation morale. Pour Gérard Bruant, psychologue, il est important d’écouter ses désirs et de retrouver une notion de jeu et de plaisir dans la pratique sportive, afin d’en tirer épanouissement et bien-être.

1) Une activité sportive demeure-t-elle efficace quand elle s’apparente à un véritable défouloir ?

Si le sport procure un défoulement et si l’agressivité projetée sur un éventuel adversaire se limite au cadre strict de l’exercice ou du match, alors il n’y a là rien de négatif. En revanche, il ne doit pas masquer les véritables motifs de cette agressivité. Si elle persiste, il serait peut être intéressant d’en rechercher les raisons.

2) Vaincre le stress par le sport ?

Les activités physiques qui génèrent un relâchement, voire une relaxation, sont généralement conseillées pour vaincre le stress. Ce peut être le cas des sports d’endurance pratiqués de façon légère et individuelle, mais aussi de l’apnée.

3) Pratiquer un sport me rend plus efficace dans d’autres domaines

Lorsque l’on décide de produire des efforts, on manifeste un dynamisme général qui s’appuie sur l’acquisition d’un sentiment de maîtrise de soi, de pouvoir de la volonté sur le corps, susceptible en effet de s’étendre à d’autres secteurs, professionnels ou autres…

La motivation est indispensable au sport :

Gérard Bruant répond :

Pratiquer une activité sportive est parfois vécu comme une obligation morale. Pour Gérard Bruant, psychologue, il est important d’écouter ses désirs et de retrouver une notion de jeu et de plaisir dans la pratique sportive, afin d’en tirer épanouissement et bien-être.

1) Pourquoi est-il parfois si difficile de s’y mettre ? Et de ne pas arrêter au bout de quelques séances ?

Certains n’aiment pas le sport et cela n’a rien d’anormal. D’autres renâclent car ils ne considèrent le sport que sous son angle utilitaire. Or, lorsque l’on décide de faire des efforts, cela implique une certaine persévérance, voire une lutte contre la douleur qui procure ensuite, par sa dimension rituelle, le sentiment d’être purifié et régénéré.
Mieux vaut donc choisir une activité sportive dans un but non utilitaire, mais plutôt pour son intérêt intrinsèque. Le plaisir qu’elle procurera rendra les efforts moins pénibles.

Source de l’article : http://www.psychologies.com/cfml/qr/c_qr.cfm?id=1133

Les clés du sport plaisir

« Je suis contente », déclare joyeusement Annie, 65 ans, lorsqu’on lui demande pourquoi elle pratique l’aquagym trois fois par semaine depuis dix mois. De nature indisciplinée, elle qui n’a jamais aimé le sport faute de déceler un intérêt, qu’il soit physique ou intellectuel, à mettre le corps à l’épreuve, considère ces rendez-vous en piscine avec un œil différent. « J’y vais pour me maintenir en forme et m’amincir, mais d’autres satisfactions font que je m’y tiens. Comme avec le yoga, les exercices m’aident à prendre conscience de mon corps. En outre, c’est une occasion de sortir de chez moi et de rencontrer du monde. »

Avouons cependant que, même avec la meilleure des motivations, entraîner son esprit pour entraîner son corps a parfois des ratés. La pluie, le froid ont l’art de glacer notre envie de nous déshabiller dans un vestiaire ou d’enfourcher un vélo en forêt. Et qui n’a pas connu ce mal de crâne après une journée stressante ou ces autres obligations intempestives qui nous font sauter une séance ? Inutile de culpabiliser à chaque panne : on peut toujours en faire un peu moins longtemps et se planifier des objectifs plus modestes. Autre stratégie anti-repli : s’imaginer déjà sur place en train de travailler ses muscles ou sa respiration dans une ambiance conviviale, se remémorer la sensation de bonheur et de bien-être que l’on a éprouvée les fois précédentes…

« Une pratique corporelle doit être aussi indispensable que se laver les dents », prône Michel Roy. Ce professeur d’activité physique a inventorié une série d’exercices pour respirer, se tonifier, s’assouplir dans l’intimité de son appartement comme dans les transports en commun ou au bureau. Son credo : c’est à la gymnastique de s’adapter aux personnes et aux situations, et non l’inverse…

Source de l’article : http://www.psychologies.com/cfml/article/c_article.cfm?id=2259

Mieux vaut courir…

David Servan-Schreiber

Xaviéra, étudiante de 28 ans, préparait sa deuxième maîtrise. Elle vivait seule, sortait rarement, se plaignait de ne pas trouver un homme qui lui convienne. Son existence lui paraissait vide, elle avait perdu l’espoir que cela change. Son seul plaisir : trois paquets de cigarettes par jour… Déprimée depuis deux ans, aucun traitement ne lui semblait acceptable, ni psy ni médicaments. Par défi, elle accepta pourtant de participer à une étude sur le jogging proposée par son médecin : elle devrait courir vingt à trente minutes, seule ou en groupe, trois fois par semaine.

Lors de sa première rencontre avec l’instructeur de jogging, Xaviéra s’interrogea : comment pouvait-il raisonnablement penser que, elle, qui fumait trois paquets par jour, n’avait pratiqué aucun sport depuis l’âge de 14 ans et avait dix bons kilos de trop, puisse être un bon sujet d’étude ?! Elle écouta tout de même ses conseils : d’abord faire de tout petits pas – trottiner plus que courir – en se penchant à peine en avant et sans trop lever les genoux. Surtout ne pas pousser l’allure : « Il faut pouvoir parler ou chanter, mais pas siffler », précisa l’instructeur. Au moindre essoufflement, ralentir, quitte à reprendre la marche, mais un peu plus vite que d’ordinaire. Ne jamais éprouver ni douleur ni fatigue.

Le but, pour ces premières séances : parcourir un kilomètre et demi, sans temps imposé, en trottinant le plus possible. Réussir à remplir cet objectif dès le premier jour apporta à Xaviéra un peu de satisfaction. En vingt et un jours, à raison de trois séances de jogging par semaine, elle parvint à garder son rythme de trot sur deux kilomètres, puis trois, sans difficulté. Au bout de six semaines, elle fut forcée de constater qu’elle se sentait nettement mieux. Elle dormait bien, avait plus d’énergie et passait moins de temps à s’apitoyer sur son sort. Evidemment, elle fumait moins.

Des chercheurs de l’université de Duke(1), aux Etats-Unis, ont récemment comparé le traitement de la dépression par le jogging à l’effet obtenu par le Zoloft, un antidépresseur. Après quatre mois de traitement, les patients soignés par l’une et l’autre méthode se portaient exactement aussi bien. Le médicament n’offrait aucun avantage par rapport au jogging. Au bout d’un an, en revanche, on notait une différence importante : plus d’un tiers des patients sous Zoloft étaient retombés en dépression, tandis que 92 % des joggeurs se sentaient parfaitement bien !

Une autre étude(2) a montré qu’il n’était pas nécessaire d’être jeune et en bonne santé pour profiter de l’exercice physique. Pour des patients déprimés, âgés de
50 à 80 ans, faire simplement trente minutes de « marche rapide », sans courir donc, et ce trois fois par semaine, a, au bout de quatre mois, un effet exactement identique à celui d’un antidépresseur…

Professeur de psychiatrie, David Servan-Schreiber a fondé et dirigé un centre de médecine complémentaire à l’université de Pittsburgh, aux Etats-Unis.

Source : http://www.psychologies.com/cfml/chroniqueur/c_chroniqueur.cfm?id=2083

Le Tai-chi-chuan

Le Tai-chi-chuan est une discipline pratiquée depuis des siècles en Chine. C’est l’art martial le plus pratiqué au Monde. Il aurait été inventé par un moine qui observait un combat entre un oiseau et un serpent.Le Tai-chi-chuan est un savant mélange de gestes et de postures à réalisés en les enchaînant. Il évoque à la fois une danse lente et un combat au ralenti. Le principe est simple. Il s’agit d’effectuer des gestes lents et souples. Ceux-ci doivent impérativement être faits de manière continue, afin d’éviter les saccades et les arrêts brutaux. Les enchaînements peuvent parfois comporter jusqu’à 100 mouvements différents ! La respiration est également au centre des exercices. Celle-ci doit être lente et profonde. Les séances durent environ une demi-heure et ont lieu généralement deux à trois fois par semaine. Certaines variantes vont utiliser des instruments (bâton, épée…).Contrairement à ce que l’on peut croire, les mouvements ne sont pas aléatoires. Ils sont codifiés et les enchaînements font partie de l’enseignement. Sachez qu’il existe plusieurs écoles de Tai-chi-chuan, qui vont avoir des spécificités différentes. Mais dans l’ensemble, si les mouvements varient, les règles de base sont les mêmes, comme par exemple :

- Garder le sommet du crâne vers le haut

- Laisser les épaules tomber

- Ne pas utiliser la force

- Rester toujours relaxé

- Garder les articulations souples

- Réaliser des mouvements fluides

- Faire les enchaînements en continu

 

Quels effets réels sur la santé ?

Si les effets du Tai-chi-chuan sur le « Chi » restent peu étudiés scientifiquement, les bienfaits de cette gymnastique sont réels. Ainsi, il a l’avantage d’être accessible au plus grand nombre : nul besoin d’être un athlète accompli pour débuter.

Il permet, chez les plus jeunes notamment, de prendre conscience de chaque partie de son corps. Les enchaînements de mouvement vont développer à la fois la souplesse, la coordination et de manière générale le dynamisme. De plus, les techniques respiratoires et les mouvements souples permettent une relaxation profonde

Le Tai-chi-chuan est d’ailleurs une méthode éprouvée pour gérer le stress et retrouver le calme. Il est d’autant plus efficace si les mouvements sont pratiqués en plein air. Certains prétendent également qu’il aurait des vertus sur le système immunitaire. Mais rien n’a jamais été prouvé en la matière…

Louis Asana

Source de l’article : http://www.doctissimo.fr/html/psychologie/mag_2001/mag1130/ps_4836_tai_chi_chuan_02.htm

 

Yoga

Apaisante, cette recherche de l’harmonie entre le corps, le mental et l’esprit. Cette discipline procure une sensation de bien-être immédiate et, à long terme, contribue à un développement harmonieux de la personnalité. Pour tous les stressés, à tester d’urgence !

C’est quoi ?

La pratique du yoga permet à chacun d’introduire dans sa vie un temps de pause et de silence, au minimum 1 heure par semaine grâce à un travail du corps et du souffle lié au mental. L’objectif étant une recherche de détente et de concentration.

Pour qui ?

Tout le monde, y compris les enfants, les femmes enceintes, et tous les stressés.

Comment ?

Après 5 minutes de détente allongé au sol, la respiration calmée, on passe à des exercices pratiqués assis, debout et allongé, tantôt lénifiant au point de friser l’endormissement, tantôt plus toniques, redonnant un coup de fouet. On termine la séance assis ou allongé, selon l’état de fatigue, par un quart d’heure d’inspiration/expiration énergétique.

Résultats

La sensation de bien-être corporel est immédiate. On sort vidé et détendu, en général bon pour aller se coucher. Au bout d’une année de pratique, on ressent un bienfait au niveau du dos et des articulations, et une amélioration de la souplesse. À long terme, le yoga contribue à un développement harmonieux de la personnalité.

Équipement

Une tenue vraiment confortable, souple et aérée, les pieds-nus.

Combien ?

Environ 13 €uros le cours de 60 minutes.

Où ?

Studio de la Main d’Or
16, passage de la Main d’Or
75011 Paris

Tél. : 01 45 44 33 38

Liste des centres à :

Fédération Française de Yoga
11, passage Saint-Pierre-Amelot
75011 Paris

Tél : 01 47 00 26 12.

Véronique Geoffroy

Source de l’article : http://www.doctissimo.fr/html/forme/bien_etre/yoga/2239-yoga.htm

 

Livres :

“Yoga, les techniques simples du bien-être” de Rosamund Bell

 

Pour faire du Yoga à Paris:

Fédération française du Hatha Yoga
50, rue Vaneau, 7ème

Fédération nationale des enseignants du yoga
3, rue Aubriot 4ème

Fédération inter-enseignements de Hatha Yoga
322, rue Saint Honoré, 1er

Association zen international abritée au Dojo Z en Paris. 45 euro d’adhésion à l’association.
175, rue Tolbiac – 75013 Paris
Tel: 00 33 1 53 80 19 19 – Fax: 00 33 1 53 80 14 33
azi-tolbiac@wanadoo.fr
http://www.zen-azi.org/index_f.html

 

L’acupuncture en dix questions

Technique millénaire, l’acupuncture est une des disciplines clés de la médecine chinoise. Basée sur la notion d’énergie positive Yang et négative Yin et l’existence de zones cutanées privilégiées, cette médecine alternative reste encore mystérieuse. A travers 10 questions, Doctissimo vous fournit de quoi satisfaire votre curiosité piquée au vif. Pensez aux oligo-éléments ! Comment se déroule une séance ?

Préalable indispensable à un traitement quel qu’il soit, l’examen clinique est tout à fait classique et comporte un interrogatoire, un examen, associant inspection, palpation, auscultation…; il est peut-être un peu plus adapté à un diagnostic d’acupuncture. Le teint, la langue, les yeux, les pouls radiaux… sont « étudiés à la loupe ».

L’acupuncture au terme de l’examen, le médecin évalue l’énergie vitale de son patient : insuffisances et plénitudes, Yin et Yang. Le vide est habituellement comblé par des techniques de tonification des points, au carrefour des méridiens, et la plénitude par des points de dispersion. Sur chacun des méridiens, il existe des points spécifiques de tonification ou de dispersion pour rééquilibrer le fonctionnement d’un organe particulier.

Les aiguilles qui ont été plantées sont laissées en place quelques minutes, plus longtemps s’il s’agit de points à tonifier. La stimulation peut être électriquement réalisée, ce qui permet de moduler le type d’ondes, leur fréquence et leur intensité.

L’acupuncteur est-il toujours un médecin ?

En France, l’acupuncteur est obligatoirement un médecin.

Les aiguilles sont-elles systématiquement stérilisées ?

Les acupuncteurs utilisent soit des aiguilles à usage unique, soit des aiguilles en argent. Ces dernières doivent être nettoyées avec un désinfectant, puis stérilisées dans un autoclave à 260° pendant une heure.

L’acupuncture est-elle dangereuse ?

Non, l’acupuncture ne peut pas être dangereuse : si l’acupuncteur fait n’importe quoi, le pire qui puisse arriver, c’est que rien ne se produise ! En effet, s’il pique un point qui n’a pas besoin de l’être, un point qui n’est donc pas activé, dans le sens du Yin ou du Yang, il ne se passera rien. Au chapitre des effets secondaires de l’acupuncture, quelques lipothymies, des petits malaises, probablement de « frousse » à l’idée de piqûres ou à la vue des aiguilles, et c’est tout.

Existe-t-il des incompatibilités avec la médecine classique ?

Quelques précautions doivent être prises par l’acupuncteur et le patient prévenu. Ainsi, si les aiguilles permettent de soulager une douleur d’angine de poitrine, celle-ci est utile dans la mesure où elle annonce une souffrance du muscle cardiaque. Cette amélioration des symptômes, purement fonctionnelle, ne doit toutefois pas les masquer.

De la même manière, l’acupuncture ne doit pas se substituer à certains traitements : elle atténue les douleurs des cancers, mais ne soigne pas la tumeur. L’acupuncture n’est donc pas incompatible avec la médecine classique, elle est un outil supplémentaire (et complémentaire), pour mieux traiter les malades.

Quel est le prix d’une consultation et son remboursement ?

Le prix d’une consultation d’acupuncture est éminemment variable, entre 38,11 et 76,22 euros (soit entre 250 et 500 Francs). L’acte est reconnu par les caisses d’assurance maladie et remboursé sur la base d’une consultation de médecin généraliste, quand le praticien est conventionné. Deux à trois séances suffisent pour régler un problème de rhinite allergique par exemple, un résultat entretenu à raison d’une séance chaque année ou une année sur deux, comme une sorte de piqûre de rappel…

Existe-t-il des contre-indications ?

Les contre-indications sont les maladies organiques, évoquées plus haut. L’acupuncteur peut soulager les symptômes, mais ne peut rien pour les organes détruits.

Quelles sont les principales indications ?

Tout ce qui est fonctionnel, qui relève d’un dysfonctionnement, peut être amélioré par l’acupuncture : les allergies, les eczémas, les dépressions, les douleurs inflammatoires articulaires, les problèmes gastriques, les constipations, les incontinences urinaires, les douleurs dentaires, les accouchements et évènements périnataux… L’acupuncture apporte aussi une aide précieuse à l’arrêt du tabac, accompagne les tentatives d’amaigrissement…

L’enseignement est-il réglementé ?

L’acupuncture en France est enseignée à la Faculté, dans certaines universités qui délivrent un diplôme national, dit inter universitaire (DIU), maintenant reconnu dans l’Europe tout entière.

Dr Brigitte Blond


Source de l’article : http://www.doctissimo.fr/html/sante/mag_2001/mag0914/dossier/sa_4565_acupuncture_10questions_02.htm

Association française de l’acupuncture :

http://www.acupuncture-france.com/site/page_7.php

 

Le sucre est à la fois une drogue et un poison

Il est regrettable que la grande majorité du public ne soit nullement conscient du fait que les sucres industriels et les farines raffinées sont tout aussi dangereux pour la santé que l’alcool et le tabac, voire que les drogues dites  » dures « . En effet, le sucre, tout particulièrement, crée une dépendance aussi forte que la morphine ou la cocaïne.

La toxicomanie au sucre est devenue l’une des affections les plus répandues et les plus meurtrières de notre temps.

Lorsqu’on voit les dégâts immenses que l’abus de sucre et de farines cause dans la santé des populations occidentales, il devient impérieux d’informer le public des dangers qu’il court.
Même s’il est difficile d’éliminer totalement de son alimentation ces produits nocifs, chacun peut se protéger en consommant le plus possible d’aliments naturels complets, pour que le corps reçoive les vitamines et enzymes nécessaires pour métaboliser et éliminer les substances indésirables.
Fort heureusement, notre corps est doté de mécanismes de dépollution très puissants qui fonctionnent fort bien tant que nous leur apportons les substances et les nutriments dont ils ont besoin.

Vous devez savoir qu’un litre de coca-cola contient, outre l’équivalent de trois tasses de café, 22 morceaux de sucre raffiné ! Alors, si vous voulez ne pas vous intoxiquer et/ou risquer ainsi devenir plus tard des consommateurs de drogues dures, supprimez le sucre blanc et remplacez-le éventuellement par du sucre de canne complet, du miel biologique non chauffé ou du sirop d’érable. Un adolescent nourri avec des produits sains risque beaucoup moins de s’adonner aux drogues que celui qui s’alimente avec du « Junk Food » (ce mot américain veut dire littéralement « nourriture-poubelle » et désigne l’alimentation industrielle moderne).

Les travaux remarquables du Docteur Béguin à La Chaux-de-Fonds, en Suisse, ont montré que des enfants auxquels on supprime le sucre blanc pour leur donner à la place du sucre de canne complet présentaient moins de caries que des enfants nourris au sucre blanc.

D’autres travaux ont montré la diminution de l’agressivité et des rixes dans les prisons où l’on avait supprimé le sucre blanc. Avec des sucres complets et naturels, vous verrez disparaître les moments d’excitation qui suivent la prise de sucre raffiné et les coups de pompe qui surviennent presque immanquablement une à deux heures après. Vous disposerez d’une énergie constante et sans à-coups. Vous rejoindrez alors les rangs de ces consommateurs avisés qui ne laissent plus les industries alimentaires, au nom du profit économique, ruiner leur santé.

Les sucres cachés


La plus grande partie du sucre que nous consommons se présente sous une forme vicieuse. Le sucre blanc et raffiné est caché dans les desserts, pâtisseries, biscuits, glaces, boissons mais aussi dans les desserts lactés, les conserves, les plats préparés, etc.…

Le saccharose fait partie des substances à calories vides, riches en calories, mais pauvres et même dénuées complètement de vitamines, minéraux et oligo-éléments. Le saccharose consomme des minéraux de l’organisme pour son métabolisme, sans en apporter, d’où son effet déminéralisant. La première prévention de l’ostéoporose et de la carie dentaire est la suppression pure et simple du sucre blanc raffiné, tant visible que caché.

D’autres sucres sont utilisés dans l’industrie alimentaire :
Le maltose et le lactose, Le lévulose ou fructose, Le mannose et le xylose, Les dextrines, Le malt d’orge, Les sirops de blé, de maïs, Les faux sucres,  » Aspartam  » (encore plus toxiques que le sucre raffiné), Le sorbitol, Le Xylitol (dans les chewing-gums)

 

Le rôle immunodépresseur du Sucre :

Le sucre provoque notamment des désordres hormonaux, voire l’épuisement des glandes, y compris les surrénales et la thyroïde. Il diminue également l’efficacité des globules blancs et le système immunitaire en général. On peu dire qu’il est, à terme, IMMUNODEPRESSEUR. Chez certains sujets, on peut même parler d’une intolérance, voire d’une allergie.
Une véritable dépendance

Consommer du sucre donne souvent une sensation d’euphorie, sensation bien agréable du manque comblé. On retrouve là la notion bien connue de dépendance. Combler mon manque devient ma principale préoccupation. Nous comblons le vide de notre existence en mangeant des biscuits, des bonbons, du chocolat, etc.

Nous ne savons pas si c’est le  » sucrisme  » qui entraîne une dépendance ou un état de dépendance qui entraîne une  » sucromanie « , laquelle est susceptible de se déplacer vers d’autres dépendances (tabacomanie, toxicomanies, alcoolomanie, etc.) Cette dépendance pouvant être psychologique mais aussi physique.

Conclusion :

Les maladies et les troubles de la santé liés à la consommation de sucre sont malheureusement en constante augmentation :
Diabète, hypoglycémie, troubles hormonaux, troubles de l’immunité, polytoxicomanie, troubles mentaux, consommation de médicaments psychotropes, ostéoporose, déminéralisation, obésité, cholestérol, athérosclérose.
Cette liste n’est pas exhaustive, elle reprend les principales pathologies liées bien souvent avec la consommation de ce produit.

Les peuples qui consomment le plus de sucre (Etats-Unis, Canada, Angleterre, etc.…) sont aussi ceux le plus atteints par les maladies précitées.
Ne conviendrait-il pas alors de rajouter le SUCRE BLANC à la liste des drogues de toutes sortes, tabac, alcool, cocaïne, héroïne, morphine, médicaments…. Certainement oui….. !!!

Laure POULIQUEN 6 juillet 2000

Article tiré du site :
http://webmaster555.free.fr/medecine/sucre/sucre3.html

Mal de dos : l’ordinateur innocenté !

Assis de longues heures devant votre ordinateur, il n’est pas rare que votre dos vous joue des tours. Souvent accusé, le travail sur écran est-il responsable de ces douleurs récurrentes ? Le point avec Doctissimo. Plus d’un Français sur quatre souffre du dos et huit sur dix en souffriront durant leur vie. En 2000, un sondage réalisé par le Parisien attestait de la fréquence étonnante de ce trouble : 27 % des hommes et 36 % des femmes ressentent régulièrement des douleurs dorsales1.

La première cause d’arrêt de travail

Loin d’être anodine, la lombalgie chronique représente un coût important pour les malades et le système de santé dans son ensemble. La dernière étude datant de dix ans avait évalué les dépenses liées à ces douleurs en France entre 1,5 à 2 milliards d’euros par an, dont 500 millions d’euros pour les indemnités journalières liées aux arrêts de travail2.

D’où vient une telle épidémie ? L’explication tient très certainement à une multitude de facteurs au sein desquels le manque d’activité physique tient une place prépondérante. Mais la position assise prolongée est très souvent accusée de favoriser l’émergence de ces douleurs. Vrai ou faux ? A l’heure où le travail sur ordinateur touche de plus en plus de personnes, il était temps de tirer au clair cette question.

Gare aux vibrations et aux mauvaises positions !

Des chercheurs new-yorkais ont passé en revue 25 études portant sur le mal de dos et le travail en position assise prolongée, plus de la moitié du temps de travail. La conclusion est sans appel : Le travail sur écran n’est pas responsable de lombalgie ! Aucune raison donc d’accuser votre ordinateur lorsque votre colonne vous joue des tours.

La fréquence des lombalgies n’augmente que lorsque la position assise prolongée s’accompagne de vibrations ou de « mauvaises positions ». C’est plus la durée d’exposition des vibrations que leur amplitude qui s’avère néfaste. Au petit jeu de la profession la plus exposée, les grands perdants sont les pilotes d’hélicoptère. Ce métier multiplie par neuf le risque de développer une lombalgie.

Un, deux, trois… Bougez !

Pour éviter les mauvaises positions et limiter les autres problèmes liés au travail sur ordinateur comme la fatigue visuelle, quelques conseils peuvent vous aider. Vous les trouverez dans notre article « Dix règles pour mieux travailler sur ordinateur ».

Enfin, le travail sur ordinateur reste une activité sédentaire. Pour le bénéfice de votre dos mais aussi de votre coeur, veillez à pratiquer des activités physiques et sportives aussi régulièrement que possible. Choisissez l’escalier au lieu de l’ascenseur, marchez durant les pauses et pourquoi n’iriez-vous pas vous détendre à la piscine !

Source : http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/mal_de_dos/articles/9980-mal-de-dos-ordinateur.htm

 

L’eau c’est important

Un verre d’eau enlève la sensation de faim pendant la nuit pour presque 100% des personnes au régime comme le démontre l’université de Washington.

Le manque d’eau est le facteur N° 1 de la cause de fatigue pendant la journée.
Des études préalables indiquent que de 8 à 10 verres d’eau par jour pourraient soulager significativement les douleurs de dos et d’articulations pour 80% des personnes qui souffrent de ces maux.

Une simple réduction de 2% d’eau dans le corps humain peut provoquer une incohérence de la mémoire à court terme, des problèmes avec les mathématiques et une difficulté de concentration devant un ordinateur ou une page imprimée.

Boire 5 verres d’eau par jour diminue le risque de cancer du colon de 45 % et peut diminuer le risque de cancer du sein de 79% et de 50% la probabilité de cancer à la vessie.

Bois-tu la quantité d’eau que tu devrais, tous les jours ?

Hungry Planet : 30 familles, 24 pays, 600 repas, et un livre

Le prix représente la somme des repas pour une semaine dans ces familles. L’occasion de se rendre compte des différences économiques et culturelles.

Source : Neomans land

USA (Caroline du Nord ) : 346$

Hungry Planet : 30 familles, 24 pays, 600 repas, et un livre dans Flash infos hungry1rk7

 

Pologne : $151.27

hungry2mf5 dans Flash infos

 

Mongolie : $40.02

hungry3mf1

 

Mexique : $189.09

hungry41xp0

 

Allemagne : $500.07

hungry6ao6

 

Egypte : $68.53

hungry7ud7

 


Equateur : $31.55

hungry8ej8

 

Chine : $155.06

hungry9lg3

 


Boutan :
$5.03

hungry10ca8

 

USA (Californie) $159.18
hungry11uk4

 

Koweit: $221.45
hungry12of0

 

Japon : $317.25
hungry13kk6

 

Tchad : 1,62 $ / semaine
hungry14ph0

 

Une famille britannique : 253.15 $ / semaine
hungry15be2

La promenade contre la dépression

Une étude de chercheurs de l’Université britannique d’Essex, intitulée « Ecothérapie : l’agenda vert pour la santé mentale » révèle les bienfaits de la promenade dans la nature sur la dépression et la confiance en soi.Cette étude aurait en effet constaté les effets surprenants de la promenade dans la nature. Ainsi, le niveau de dépression a baissé de 71% chez les promeneurs et pour 90% d’entre eux, la confiance en soi a progressé.

La même expérience a été réalisée auprès de personnes évoluant dans un centre commercial. Ainsi, seuls 45% d’entre eux ont présenté une diminution du niveau de dépression et 22% s’affirmaient plus déprimés encore.

Paul Farmer, directeur général de Mind, association britannique spécialisée dans les problèmes de santé mentale, estime que l’écothérapie était « une option de traitement crédible, cliniquement valide et qui devrait être prescrite par les médecins, particulièrement quand pour de nombreuses personnes l’accès aux anti-dépresseurs est extrêmement limité« .

Il faut savoir qu’en Grande Bretagne, 1,5 million de personnes souffrent de dépression et que cette maladie est responsable de 70% des cas de suicide dans le pays.

http://www.enviro2b.com/info/2858/article.html

1...7172737475


CEVENNES ET CAUSSES |
marjo |
Les Vétérans de Napoléon 1er |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | cours smi S3
| morenita1334
| Psychogenealogie