Que les arbres nous protègent, Francis Hallé

23082006115152arbreitalie.jpg

L’arbre est un poème, une vieille personne, un enfant, un des plus beaux symboles du vivant. Les hommes l’idolâtrent, le pillent, le taillent ou le font brûler.

En bande, les arbres font la forêt, celle dans laquelle les âmes enfantines et les rêves se promènent. Celle du petit poucet perdu, celle du petit chaperon rouge qu’il faut traverser ou celle de Blanche Neige.

Mais la forêt n’est pas seulement ce désir et cette peur d’enfant. C’est aussi la force, l’énergie, le lieu des anciens cultes. Devant un arbre, immense, notre mémoire se réveille. Les chasseurs cueilleurs vivaient de ses produits, et en touchant un arbre, en s’adossant à lui, on se sent relié. A nos ancêtres, mais aussi à la terre et au ciel.

Aujourd’hui, « il faut sauver les forêts tropicales » crie Francis Hallé du haut de son « Radeau des cimes ».

0 commentaire à “Que les arbres nous protègent, Francis Hallé”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



CEVENNES ET CAUSSES |
marjo |
Les Vétérans de Napoléon 1er |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cours smi S3
| morenita1334
| Psychogenealogie