Les énergies renouvelables

image1.jpg

 

 

Énergie, généralité

Introduction :

Il y a peine 250 ans, nos ancêtres dépendaient entièrement des sources d’énergie naturelles.

Aujourd’hui, elle ne représente plus que 1% du travail fourni dans les pays industrialisés.

La demande mondiale des énergies a triplé depuis les année 50 et cette consommation pourrait encore doubler d’ici 2020.

Nous avons agis comme si les ressources fossiles (charbon, pétrole qui est la ressource la plus importante et le gaz naturel) étaient inépuisables. Mais depuis les guerres et les crises politiques nous ont relevé les dangers de notre dépendance énergétique et surtout l’impact sur notre environnement.

Voici notre différente consommation d’énergies :

-         Les énergies renouvelables : 8%

-         Le nucléaire : 6%

-         Le charbon : 24%

-         Le gaz naturel : 23%

-         Le pétrole : 39%

Notre conso énergie :

Il est cependant difficile d’évaluer avec précision les ressources disponibles. L’évolution des techniques d’explorations et d’extraction permet d’exploiter des ressources jusque là considérées comme inaccessibles.

La consommation d’énergie est différente d’un pays à l’autre. (ex : Etats-Unis la consommation augmente de 4,5% par an dans les année 60 et elle chute de 11% par an dans les année 80%).

Le moyen orient concentre ainsi sur moins de 0,5% des terres émergées, plus de 50% des ressources pétrolières mondiales tandis que les USA disposent de plus du quart des réserves du charbon.

L’électricité est contrôlée par un très petit nombre se sociétés qui possèdent des milliers de centrales thermiques et nucléaires de par le monde.

La plus part des experts rejettent l’idée qu’une pénurie de l’une de ces sources d’énergie vienne affecter le développement économique des prochaines décennies.

La population humaine a augmenté de 33% en l’espace d’une seule génération, dépassant aujourd’hui les six milliards d’individus. La grande majorité des naissances se concentre dans les PVD (pays en voie de développement), où le taux de consommation d’énergie est en moyenne 6 fois inférieur à celui des pays développés. Mais les pays pauvres sont en train de rattraper leur retard : en Inde et en Chine, la consommation d’électricité progresse de 7% par an, et les analyses prévoient que d’ici 20 ans les PVD seront responsables de 44% des émissions de CO2 mondiales, soit une forte progression par rapport aux 28% actuels.

Il s’agit là d’une crise environnementale sans précédent, qui exige une réaction forte et de la part des milieux politiques et économique.

Impact sur l’environnement :

La combustion de ces énergies fossiles conduit à l’émission de CO2 dans l’atmosphère. Ce gaz qui a l’état nature se trouve en quantité infime, favorise le réchauffement de la surface terrestre en retenant la chaleur produite par les rayons solaires.

Comme nous l’avons déjà vu (dans les campagnes « climat »), les activités humaines amplifie dangereusement l’effet de serre qui va bouleverser le climat : Augmentation de température de 1,5° à 5°, ces chiffres peuvent paraître minimes mais suffisent pour générer un chaos sans précédent.

Des accidents catastrophiques : le 24 mars 1989, l’Exxon Valdez s’échoua et déversa 42 millions de litres de brut dans la zone protégée du Prince William Sound, en Alaska. Environ 2000 km de côtes furent recouvertes d’une épaisse marée noire, la faune locale fut décimée et les opérations de nettoyage impliquèrent une armée de 11 000 bénévoles. On a recensé plus de 50 catastrophes de cette ampleur depuis 1970, et de plus faibles quantités de pétrole sont déversées quotidiennement par des navires en dégazage ou s’échappent de canalisations défectueuses, tant et si bien que virtuellement toutes les côtes du monde sont affectées par ce type de pollution (voir les campagnes « Pollution et toxiques » et voir aussi « Histoires et mythes, le syndrome de Titanic, extraits de Nicolas Hulot »).

Conclusion :

Cependant, d’ici là, d’autres sources d’énergie (le vent, l’énergie solaire, l’eau et la biomasse, seront devenues économiquement viables et devraient être exploitées à grande échelle dans les pays industrialisés.


Les énergies renouvelables

Définition :

On appelle le thème énergie renouvelable de l’énergie dont la consommation n’aboutit pas à la diminution des ressources naturelles, parce qu’elle fait appel à des éléments qui se recréent naturellement exemple (la biomasse, l’énergie solaire)

Au contraire, les combustibles fossiles et la fission nucléaire n’en font pas partie puisque les gisements connus de ces formes d’énergie sont voués à disparaître plus ou moins rapidement. Ils sont donc considérés comme des énergies fossiles.  Source : Ekopedia

 

 

L’énergie hydraulique

image24.jpg

Photo : Barrage hydraulique au Sri Lanka

L’énergie hydraulique est le plus souvent fournie par les chutes d’ eau provoquées par l’ouverture des vannes d’un barrage fermant un réservoir d’eau. L’eau descend jusqu’à l’usine le long de conduites forcées : à sa sortie elle possède une grande énergie, due à sa perte d’altitude, qui fait tourner l’immense roue d’une turbine . Celle-ci entraîne un alternateur , qui produit du courant électrique..  Source : cité-sciences

 

 

L’énergie du vent ou énergie éolienne

Les énergies renouvelables dans Flash infos image_1

Photo : éolienne en Bretagne, Serge Agombart

L’énergie éolienne (du grec Eole, dieu du vent) est l’énergie du vent. On l’exploite grâce à des éoliennes, hélices installées au sommet de pylônes et qui tournent sous l’action du vent. La rotation des hélices actionne un système produisant de l’électricité. L’énergie éolienne est propre, mais encore peu utilisée dans le monde. Elle est limitée aux zones où le vent souffle souvent et fort.  Source : cité-sciences

 

 

L’énergie de la lumière solaire

image3.png

 Photo : Une laverie automatique fonctionnant grâce à l’énergie solaire

L’énergie solaire, propre et inépuisable, est exploitée de plusieurs façons : éclairage et chauffage « passif » des logements par le soleil ; chauffe-eau solaires sur les toits pour avoir de l’eau chaude ; panneaux solaires qui convertissent le rayonnement solaire en électricité ; centrales solaires … Elle est encore peu utilisée dans le monde.  Source : cité-sciences

 

 

Géothermie

L’énergie géothermique est fournie par la chaleur interne de la Terre. Cette chaleur se propage vers la surface et échauffe des nappes d’eau situées de quelques centaines à environ 3000 mètres de profondeur. La chaleur de ces nappes d’eau, appelées « gisements géothermiques », peut être exploitée pour produire, suivant la température de l’eau, du chauffage ou de l’électricité.  Source : cité-sciences

 

 

L’énergie de la biomasse

En écologie, la biomasse est la quantité totale de matière (masse) de toutes les espèces vivantes présentes dans un milieu naturel donné.

Dans le domaine de l’énergie, le terme de biomasse regroupe l’ensemble des matières organiques pouvant devenir des sources d’énergie. Ces matières organiques qui proviennent des plantes sont une forme de stockage de l’énergie solaire, captée et utilisée par les plantes grâce à la chlorophylle. Elles peuvent être utilisées soit directement (bois énergie) soit après une méthanisation de la matière organique (biogaz) ou de nouvelles transformations chimiques (biocarburant). Elles peuvent aussi être utilisées pour le compostage. La biomasse est une énergie qui peut être polluante. Comme le biocarburant et le bois qui donne, quand on le brule, des gaz à effet de serre.

La biomasse est une énergie renouvelable tant que sa consommation ne dépasse pas l’accroissement biologique. Certaines filières de la biomasse sont encore peu structurées. Source : Wikipédia et lexique cité des sciences et de l’industrie

 

 

Le soleil, la principale source d’énergie

(Le jardin planétaire, Gilles CLEMENT)

Sur la terre, la principale source d’énergie vient du soleil. Celui-ci fonctionne comme un fantastique réacteur thermonucléaire, en émettant une énergie à partir de la désintégration des atomes. Ce mécanisme radioactif est à l’origine de la chaleur interne de notre planète.

Pendant des millions d’années, la lumière émise par le soleil a permis aux plantes d’effectuer la photosynthèse. C’est par cette opération biochimique que sont fabriqués les tissus vivants et les composés carbonés (sucres et lipides) qui les alimentent.

Le charbon, le pétrole et le gaz résultent de l’accumulation passée de ces matières organiques dans des sédiments lacustres ou marins. Ces énergies fossiles ne sont pas inépuisables. Dès aujourd’hui, l’humanité doit s’organiser pour trouver des énergies de substitution. Les chimistes de demain seront-ils un jour utiliser la chlorophylle qui transforme la lumière en énergie chimique, pour alimenter en électricité nos mégapoles ? Dans tous les cas, les plantes resteront pour nous une ressource énergétique inépuisable. L’élaboration d’hydrocarbure à partir de végétaux cultivés est déjà maîtrisée (canne à sucre au Brésil) ou en passe de l’être (cultures d’euphorbe en zone désertique). En attendant, la chaleur du soleil., l’eau des rivières, la géothermie et le vent demeurent des ressources énergétiques non polluantes et sous-exploitées.

 

0 commentaire à “Les énergies renouvelables”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



CEVENNES ET CAUSSES |
marjo |
Les Vétérans de Napoléon 1er |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | cours smi S3
| morenita1334
| Psychogenealogie