Les centrales & armes nucléaire

 

Les armes nucléaires :

« Dès l’instant où le gouvernement franchit le pas de l’arme nucléaire, il doit commencer à mentir. »

« Un matin de 1955, j’avais trois ans, j’étais assis sur les genoux de mon père. J’ai vu le ciel exploser. Un essai nucléaire avait eu lieu à 150 km de distance au centre expérimental du Nevada. D’où venait le vent ce jour la ? Je me souviens que, plus tard, les gens chuchotaient à propos de tous les cas de cancers qui s’étaient déclarés en ville. Ils se demandaient si c’était dû aux boissons gazeuses ? Dès l’âge de quinze ans, j’ai été atteint d’un lymphome ». Preston Truman, victime des essais nucléaires américains effectués au Nevada   

 

Carte essais nucléaire de l’URSS:

nucleaire3.jpg

 

Cartes des essais nucléaire dans le monde :
(16 juillet 1945 au 30 mai 1998)

 

nucleaire4.jpg

Le Système de Surveillance international se composera de 321 installations de surveillance dispersées à travers le monde, dont le but est d’aider à détecter d’éventuelles violations du traité d’interdiction complète des essais nucléaires. Environ un tiers des stations de surveillance prévues sont actuellement en fonctionnement. 

Sources: Coalition to Reduce Nuclear Dangers; US Department of Defense

 

 

nucleaire5.jpg

 

 

 

Hiroshima… La première bombe atomique explose sur Hiroshima, le 6 août 1945

nucleaire7.jpg

 

 

Nagasaki… La seconde bombe est larguée sur Nagasaki, le 9 août 1945

 

nucleaire6.jpg

 

 

 

Les centrales nucléaires

 

nucleaire8.png

Photo : Greenpeace

 

Centrale de Tchernobyl…

 

nucleaire9.png

 

« Accident grave du réacteur de Tchernobyl »

Le 26 avril 1986 à Tchernobyl en Ukraine, au cours de tests de sécurité, les opérateurs ont perdu le contrôle alors qu’ils réduisaient le flux d’eau destiné à refroidir le réacteur 4, amenant celui-ci à attendre cent fois sa puissance normale en quatre secondeS. Il en est résulté une explosion de vapeur qui a fait sauter le couvercle d’un poids de 1000 tonnes du réacteur et projeté la radioactivité  à haute attitude. Une seconde explosion a mis feu au cœur du réacteur qui a brûlé pendant neuf jours, provoquant un considérable dégagement de radioactivité dans l’environnement.

Conséquences :

- Moitié des radiations sont retombées dans un périmètre de 35 km autour du réacteur.

- L’autre moitié est retombée sur plus de 20 pays, y compris plusieurs pays européens et

même d’Amérique du Nord, touchant 7 millions de personnes.

- On prévoit dans l’ancienne Union soviétique entre 50 000 et 250 000 morts pour cause de cancers provoqués par les retombées de Tchernobyl.

- On prévoit un nombre équivalent dans le reste du monde.

- Parmi les personnes, ayant participé à la décontamination d’urgence après l’accident,

15 000 sont déjà mortes et 50 000 sont restées handicapées.

- En raison de la contamination, 3 millions et demi d’Ukrainiens, dont plus d’un tiers

d’enfants ont souffert de maladies comme le cancer de la thyroïde.

- On a également constaté une importante augmentation des mutations et des lésions cérébrales dans la décontamination ayant suivi l’accident.

« Vu le niveau de sécurité atteint par les centrales nucléaires en activité dans ce pays, nous pouvons nous attendre à voir un accident causé par la fusion d’un cœur de réacteurs dans les vingt prochaines années… »

Le Nuclear Regulatory Commissioner américain

 

« Tchernobyl, après l’apocalypse »:

quand les témoins racontent

« Lorsque l’accident survient, en pleine nuit, « aucune mesure n’est immédiatement prise pour mettre le personnel à l’abri », raconte l’auteur. « En fait, tout manquait: vêtements de protection, respirateurs et dosimètres ». Dans l’incertitude et la confusion, le directeur de la centrale, Viktor Brioukhanov, qui écopera de dix ans de camp de travail, n’a pas le courage de donner l’ordre qui s’imposait: évacuer le personnel et arrêter les trois réacteurs encore en fonctionnement. »

« Les murs se sont mis à trembler et le béton à grincer. J’ai alors compris que quelque chose de terrible était arrivé », raconte Boris Stoliartchouk, un ancien ingénieur de la centrale de Tchernobyl présent sur les lieux du drame le 26 avril 1986.

« A 01h23 ce matin-là, deux explosions font voler en éclats le coeur du quatrième réacteur. Dans la salle de contrôle jouxtant le bâtiment dévasté, les hommes chargés de piloter le réacteur sont immédiatement aveuglés par un épais nuage de poussière radioactive. »

« Refroidissez! Ouvrez toutes les vannes d’eau, hurla l’adjoint de l’ingénieur en chef », se souvient Stoliartchouk. « Les voyants de contrôle clignotaient, s’affolaient. Les commandes ne répondaient plus », poursuit-il. « En me penchant par une fenêtre, j’ai vu l’ampleur des dégâts. Le réacteur n’était plus qu’un trou béant ».

« Pourtant, personne n’ordonna l’évacuation immédiate des quelque 500 personnes travaillant à la centrale. »

« Stoliartchouk resta ainsi pendant près de trois heures en compagnie de son chef d’équipe dans la salle de contrôle « grillée » par les mortels rayons. »

« Techniquement, il n’y avait plus rien à faire. Chaque minute dura une éternité », lance-t-il dépité. »

« Les deux hommes furent pris de violents vomissements et ils eurent de terribles maux de tête. Leur peau rougie les brûlait. Stoliartchouk survécut. Son collègue, plus âgé, succomba. »

« A l’extérieur, une étrange luminescence montait toute droite des profondeurs du cratère incandescent, éclairant la centrale plongée dans la nuit. Le toit du bâtiment des turbines non loin de là était en feu, raconte le sergent Léonid Shavrey. »

« A peine protégés, Shavrey et une trentaine d’autres pompiers montèrent à l’assaut des flammes qui menaçaient de ravager les trois autres réacteurs encore intacts. Six de ces hommes périrent d’irradiations aiguës dans les semaines qui suivirent. »

« On laissa 800 enfants participer à un « marathon » dans les environs de la centrale le jour même de la tragédie, selon des témoins. D’autres gamins assistèrent par millions aux festivités du 1er Mai dans la capitale ukrainienne et dans des centaines de villes déjà polluées. »

« Igor et moi voulons avoir un bébé, mais nous avons peur des radiations », confie-t-elle. « Il pourrait être mal formé. Un coq à trois pattes est né dans le village en 1993″, poursuit-elle, l’air inquiet. »

nucleaire11.jpg

1) Minsk, Biélorussie 1997. Scène quotidienne dans l’asile Novinski. Ce jeune garçon hurle tandis que ses amis jouent dehors.

2) Hôpital des enfants cancéreux, Minsk, Biélorussie 2000. Vova sait qu’il est gravement malade. Malgré l’amputation, son état ne s’est pas amélioré.

3) Foyer pour enfants, Minsk, Biélorussie 2000. Alla tient dans les bras un enfant de 2 ans dont le cerveau se trouve dans l’excroissance.

4) Asile Novinski, Minsk, Biélorussie 1997. Ces enfants ne peuvent pas se tenir debout et sont nourris par terre

nucleaire12.jpg

5) Asile Novinski, Minsk, Biélorussie 1997. Cet asile est le principal centre d’accueil pour enfants contaminés en Biélorussie.

6) Foyer pour enfant, Minsk, Biélorussie 2000. Cet enfant de 3 ans est là depuis sa naissance. Il est inopérable: l’excroissance contient ses reins

7) Orphelinat pour enfants abandonnés, Gomel, Biélorussie 1999. Sasha, 5 ans, souffre d’une quasi absence de système lymphatique. Son organisme produit des toxines que sont corps ne peut donc plus éliminer.

8) Asile Novinski, Minsk, Biélorussie 1997. Cet enfant est en état de terreur constant.

 

nucleaire14.jpg

nucleaire16.jpg

nucleaire17.gif

« ……17 223 700 personnes vivaient dans les territoires contaminés, 9 millions d’entre elles ont été affectées, 2 280 777 y vivent encore dix ans après. Seize ans après la catastrophe, les environs de la centrale de Tchernobyl sont une région fantôme. Les sols y sont contaminés pour 600 ans.

Les statistiques montrent que le cancer de la tyroïde est le premier type de cancer qui peut être directement imputé de la catastrophe. Mais la plupart des  autres cancers pourront prendre quinze à vingt ans avant d’apparaître » Kofi Annan , secrétaire général de l’ONU

« Notre organisme sait nous prévenir de la plupart des dangers, pas de la radioactivité.

Elle n’est pas détectable par l’organisme humain : Nous ne sommes ni prévenus, ni immunisés. Si vous manipulez des substances radioactives, vous ne sentez rien, pourtant ça brûle. »

« ….Qu’il s’agisse du nucléaire civil ou du nucléaire militaire, les conséquences sont les mêmes : on est en train d’organiser le suicide à long terme de l’humanité. Sans que, jamais, on nous ait demandé notre avis. C’est tellement plus efficace quand on ne demande rien à personne ! Il existe une responsabilité collective de ceux qui ont décidé d’imposer ce mode d’énergie » Albert Jacquard, professeur généticien

« Il existe aujourd’hui 104 réacteurs nucléaires aux Etats-Unis, 59 en France, 53 au Japon, 35 en Grande Bretagne, 29 en Russie, 19 en Allemagne et 14 au Canada, 120 réacteurs fonctionnent dans d’autres pays parmi lesquels la Belgique, la Suède, la Finlande, La Suisse, l’Espagne, les Pays-Bas, la Slovaquie, la Hongrie, la République tchèque, l’Ukraine, la Corée du Sud, Le Mexique, Taiwan, l’Inde et le Pakistan.

Produire de l’électricité d’origine nucléaire représente un coût élevé : à chaque étape du processus sont générées des substances radioactives qui demeurent nocives pour l’environnement et l’homme durant des milliers d’années.

 

 

Vivre avec les effets de la radioactivité

Greenpeace, Caroline Veter

Le site de Mayak en Russie est le site le plus contaminé de la planète. Les populations locales souffrent de toutes les maladies liées à la présence des installations nucléaires. Au lieu de fermer le site, le parlement russe a, en 2001, levé l’interdiction d’importer des déchets radioactifs et des combustibles usés. Tout cela pour renflouer les caisses du pays…

(…) Cacher les déchets : Jusqu’à la glasnot, les 124 000 résidents des villages autour de mayak étaient tenus à l’écart des activités de l’usine : pas un mot sur les accidents réguliers, pas un mot non plus sur les déversements routiniers de déchets radioactifs dans l’environnement et leur passage dans la chaîne alimentaire.

Ainsi, lorsque en 1957, un des systèmes de refroidissement de la centrale explosa, libérant plus de la moitié de la quantité de radioactivité émise lors de la catastrophe de Tchernobyl, les autorités préfèrent taire l’affaire et ne pas informer les villageois. Quelques villages furent évacués, la grande majorité laissée à son triste sort.

« J’ai entendu comme un bruit d’une bombe, raconte Hamzana Salikh’anova, qui se souvient de l’explosion à Mayak comme si c’était hier. Je conduisais mon troupeau de vaches vers la rivière lorsque j’ai vu un grand cercle rouge s’élever dans le ciel. Ce cercle prit e,nsuite une autre forme et vira à l’orange, puis au bleu. L’eau de la rivière semblait huileuse. Il y avait une odeur de gaz. J’ai eu de terrible maux de tête et mon cœur se mit à battre la chamade, je ne pouvais plus respirer ». Plus tard, Hamzana aura des problèmes au cœur, au reins et au foie. A l’époque, poursuit-elle, aucun villageois n’a compris ce qui s’était passé. On ne nous a jamais rien dit….

(…) Pour Greenpeace, il devient intolérable qu’une région de la planète devienne la poubelle des déchets produits par les pays nucléarisés. (…)

(…) La Russie ne peut déjà pas gérer ses propres déchets, à quoi bon vouloir importer les déchets de l’étranger ? Par ailleurs, des milliers de personnes sont mortes et beaucoup d’autres sont malades « Nous avons tellement souffert des radiations… Presque toutes les semaines, quelqu’un de notre village décède des suites d’un cancer. Pourquoi les membres du parlement ne réfléchissent-ils pas avant d’autoriser de nouveaux déchets nucléaires dans le pays ? C’est en ces mots que se prononce Ramzis Fayzullin, originaire de Mayak…

 

 

 Rappel sur les accidents et incidents graves

déjà survenus sur réacteur

Les industries du nucléaire le clamaient bien haut : la probabilité pour qu’un accident sérieux se produise était inférieure à 1 sur un million d’années de fonctionnement-réacteur. En un mot, si l’on ajoutait bout à bout, le nombre d’années de service de l’ensemble des centrales dans le monde, il faudrait atteindre au moins le chiffre d’un million pour qu’une catastrophe survienne.

Pour en arriver là, les experts avaient calculé les chances de mauvais fonctionnement de chacun des composants vitaux d’un réacteur et leurs conséquences sur les autres éléments du système et ils en avaient déduit les probabilités d’accident… Les accidents ont pourtant déjà eu lieu !

Source : http://peaceandlover.over-blog.net/article-5964279.html

Voir tous les accidents et incidents graves : http://peaceandlover.over-blog.net/article-5964279.html

(…) Lorsqu’il y a un accident nucléaire, c’est une région entière inhabitable pendant des milliers d’années, et des victimes innombrables. Peut-on se permettre de courir un tel risque ? (…) Sortir du nucléaire

(…) Aucune centrale nucléaire n’a été conçue pour résister à la chute d’un avion de ligne (…) Sortir du nucléaire

Voir « accident nucléaire » sur le site sortir du nucléaire

 

 

Le nucléaire en France

(…) Avec ses 58 réacteurs, qui contribuent pour près de 80 % à sa production d’électricité, la France détient le triste record du pays le plus nucléarisé au monde par rapport au nombre d’habitants (…)  Sortir du Nucléaire

A lire : http://www.sortirdunucleaire.org/index.php?menu=pourquoi&page=francenucleaire

et http://www.sortirdunucleaire.org/index.php?menu=pourquoi&page=exception

La carte ci-jointe reflète une partie de « l’archipel » nucléaire français.

nucleaire21.gif

 

 Source photo : Sortir du nucélaire

 

Le nucléaire n’est pas irremplaçable

nucleaireplanche23.jpg

nucleaireplanche24.jpg

Source dessin : nucléaire non merci

Voir sites :

http://www.sortirdunucleaire.org/  Réseau sortir du nucléaire

http://www.stop-epr.org/ STOP EPR

http://burestop.free.fr/ Contre l’enfouissement nucléaire

 

 

1 commentaire à “Les centrales & armes nucléaire”


  1. 0 khadija 15 mar 2011 à 11:47

    A lire

    dans le monde entier, il y a des risques de nucléaire !!

Laisser un commentaire



CEVENNES ET CAUSSES |
marjo |
Les Vétérans de Napoléon 1er |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | cours smi S3
| morenita1334
| Psychogenealogie